dossier Accordéon
dossier Accordéon

dossier Accordéon

10,00 €
VERSION Papier

Un dossier spécial
publié dans le numéro 490
de La Lettre du Musicien
(mars 2017)

Autre version disponible :
dossier Accordéon (490) version pdf - 10,00 €
Partager:

Les débuts de l’objet musical

Dès sa naissance en 1829, l’accordion (une boîte, un soufflet et un seul clavier) séduit les salons romantiques. Il va rapidement susciter l’intérêt des facteurs qui le feront évoluer.

Le répertoire de l’accordéon aujourd’hui

Reconnu d’abord à l’étranger, l’instrument commence à être apprécié de compositeurs français dans les années 1930, mais il lui faudra un demi-siècle pour être véritablement adopté et se faire une place dans le répertoire. Grâce aussi à une nouvelle génération d’interprètes.

La facture

L’accordéon, c’est avant tout le monde de l’artisanat ou de la petite entreprise, à de rares exceptions près. La frontière entre facteur et réparateur est ténue. Aperçu des principales marques, mais avant… plongée au cœur de l’instrument.

Enseignement, pédagogie, recherche

La classe d’accordéon au Conservatoire de Paris a été ouverte il y a trente ans. L’enseignement de l’accordéon a acquis depuis ses lettres de noblesse. De la formation initiale à l’enseignement supérieur, cinq musiciens pédagogues nous exposent leurs méthodes, souvent élaborées à partir de leur expérience.
Dossier réalisé par Françoise Jallot
Si la filiation de l’accordéon est ancienne, l’apparition de l’instrument tel que nous le connaissons ne date que du 19e siècle. D’abord instrument de salon, il descend peu à peu dans la rue et devient l’instrument populaire par excellence, longtemps cantonné au musette. Cependant la facture progressait, enrichissant toujours plus les ressources expressives de l’instrument, au point de séduire davantage compositeurs et musiciens. L’ouverture d’une classe d’accordéon au Conservatoire de Paris, il y a une trentaine d’années, marqua cette reconnaissance et aujourd’hui l’accordéon a acquis ses lettres de noblesse, comme en témoigne la richesse du répertoire qui lui est désormais consacré.