Piano 18
Piano 18

Piano 18

11,00 €
VERSION PDF

année 2004

Partager:

SOMMAIRE PIANO 18


À l’affiche Le regard de Michel Dalberto – Brigitte Engerer, diva française du piano

Liszt, le romantisme flamboyant L’emblème du romantisme européen – Franz Liszt, inventeur du récital – Les interprètes de légende – Les grands lisztiens d’aujourd’hui

Pédagogie Comment travailler “Un sospiro” de Liszt – Liszt et Chopin pédagogues – Comment élaborer une interprétation pianistique – Les enfants doués : portraits, rencontres, conseils…

Histoire L’école de piano tchèque

Jubilé Gabriel Tacchino fête ses cinquante ans de carrière

Célébrations Vladimir Horowitz (1904-1989) – Moritz Moszkowski (1854-1925)

Concours en France et à l’étranger

Piano d’aujourd’hui Les découvertes de Jay Gottlieb – L’œuvre pour piano d’André Jolivet (1905-1974) – Emile Goué (1904-1946), un compositeur à redécouvrir – Jazz : mimétisme, oreille, écoute

Facture Les pianos droits : une qualité croissante – Visite de l’usine de pianos Petrof – Le piano à claviers renversés

La flamme européenne

Tandis que l’Union européenne s’ouvre à de nouveaux pays, la musique est, au-delà des écoles nationales, un art universel. La Hongrie, la République tchèque font partie depuis toujours de cette “Union internationale de la musique”, et c’est en fait notre propre patrimoine que nous célébrons en étudiant le Hongrois Franz Liszt (p.14), en célébrant Dvorak et l’école de piano tchèque (p.96). Ces compositeurs nous appartiennent autant que Debussy et Ravel appartiennent aujourd’hui de plein droit aux musiciens allemands, argentins ou chinois.
Brigitte Engerer, notre tête d’affiche, nous rappelle à quel point elle a été influencée par la tradition russe (p.8). Comme elle, ce fut grâce à la confiance de Herbert von Karajan que Gabriel Tacchino donna ses tout premiers concerts avec l’Orchestre philharmonique de Berlin (p.109).
Michel Dalberto, qui commente ce numéro, fut reconnu d’abord par les Britanniques en remportant le fameux concours de Leeds (p.5).
Franz Liszt, cependant, a longtemps été le mal-aimé du romantisme européen (p.15). C’est que, face à l’intimisme de Chopin, de Schumann ou de Schubert, il incarnait la démesure, le spectaculaire, la virtuosité, bref, la flamme romantique. Il fit du piano le rival de l’orchestre, voire du grand opéra. Interprète, il fut l’inventeur du récital (p.20). Une invention durable !

Les pianistes ont longtemps craint Liszt pour cet « aspect parfois brillant au premier degré », selon le mot Claire-Marie Le Guay (p.36), et sans doute aussi pour l’extrême difficulté de certaines œuvres.
Mais, Claudio Arrau s’est un jour écrié : « Il faut en finir avec l’image d’un Liszt acrobatique et vaguement hystérique ! » (p.30). Sous le strass et les paillettes, on a enfin fini par découvrir les merveilles de sa musique. Pour s’en convaincre, il suffit d’écouter !

Les œuvres de Liszt sont-elles accessibles au bon pianiste amateur ?
Oui, pour quelques-unes. Alexandre Sorel nous le confirme en nous aidant à travailler Un sospiro, pièce expressive et élégante (p.44). N’oublions pas que Liszt avait aussi des élèves amateurs ! Il est d’ailleurs passionnant de comparer son enseignement avec celui de Chopin (p.56).
Travailler sa technique, c’est bien. Mais comment élaborer une interprétation pianistique qui nous rapproche de l’art du compositeur, en fonction, évidemment, de nos propres moyens ? Gisèle Magnan nous propose une démarche rationnelle (p.69).
Cette démarche, mystérieusement, certains enfants l’ont de façon intuitive. Comment les repérer ? Comment les encourager, comment s’occuper d’un enfant doué ? Et ces enfants, comment vivent-ils (p.78) ?
Musique d’aujourd’hui. Nous célébrons le centième anniversaire de la naissance d’André Jolivet (p.142). Le pianiste Jay Gottlieb nous indique ses découvertes pianistiques de l’année (p.140). Sans oublier le jazz, où l’on apprend que l’imitation des grands pianistes n’est pas un défaut (p.151).
Comment se familiariser avec l’écriture pianistique d’aujourd’hui ?
Marc Monnet, lauréat du Grand Prix Lycéen des Compositeurs de La Lettre du Musicien nous offre une partition d’étude pour les jeunes pianistes. Il ne reste donc plus qu’à acheter un piano (p.158). Mais lequel, parmi plus de 60 marques et de 360 modèles ? Fusions, lancements, rachats, le marché mondial est en pleine révolution. Il est impératif de s’informer avant d’acheter. A lire, donc, avec la plus grande attention !
Michèle Worms