La Lettre du Musicien n°496

La Lettre du Musicien n°496

5,50 €
Version PDF

juillet-août 2017

Autre version disponible :
La Lettre du Musicien n°496 — version papier - 5,50 €
Partager:
Musique et tourisme

Anniversaire : Etienne-Nicolas Méhul (1763-1817)

L’été des musiciens

Je déteste le trémolo !

La musique traditionnelle dans les conservatoires

Assistant d’enseignement artistique : du nouveau pour les concours

Le droit de grève des artistes

23 offres d’emploi dans le numéro 496

La musique à la fête ?

La fête de la Musique s’est achevée… au grand soulagement de bien des citadins éprouvés par les décibels déversés par des sonos qui ne font plus songer que de loin au vœu de Jack Lang et de Maurice Fleuret ! Lorsqu’ils ont lancé cette manifestation en 1982, le ministre de la Culture et son directeur de la musique voulaient encourager les amateurs à sortir de chez eux pour se produire dans leur quartier (« Faites de la musique ! »).
C’est bien sûr encore le cas, même si de nombreux établissements commerciaux ont “récupéré” l’événement en escomptant, ce soir-là, une augmentation sub­stantielle de leur chiffre d’affaires. Et l’on entend plus fréquemment, au détour des rues, des groupes de rock amplement sonorisés qu’un violoncelle ou une clarinette.
Surtout, cette fête de la Musique n’est-elle pas le faux-nez du désintérêt porté à la pratique musicale ? Dans une tribune (La Croix, 20 juin), Bruno Ory-Lavollée, président du festival des Forêts, souligne à quel point ce moment festif « cache la misère des 364 autres jours de l’année ». On fête la musique, mais la pratique musicale n’est pas vraiment à la fête, ajoute-t-il encore. En effet, une récente étude montre que, si 3 % des Français pratiquent un instrument de manière continue et 8 % de temps en temps, 35 % d’entre eux disent ne pas savoir où apprendre la musique.
Dans ce contexte, la volonté du nouveau ministre de l’Education nationale Jean-Michel Blanquer de « faire en sorte qu’il y ait des chorales dans toutes les écoles et collèges » et d’encourager la pratique instrumentale confortera tous ceux qui œuvrent déjà depuis tant d’années en ce sens.
Car, en dépit du travail admirable qu’accomplissent sur le terrain les orchestres Démos, des associations comme Orchestres à l’école, Passeurs d’art… – la plupart s’inspirant du modèle d’El Sistema au Venezuela –, l’Education nationale est la seule à disposer du levier nécessaire pour faire découvrir et pratiquer la musique à tous les enfants.
La prochaine rentrée scolaire se fera en musique, a décidé le ministre, qui veut que les élèves des écoles, collèges et lycées souhaitent ainsi la bienvenue aux nouveaux arrivants. Anecdote ? L’avenir le dira.
Quoi qu’il en soit, cette volonté affichée de réintroduire la musique dans la vie quotidienne des enfants, de leur en faire découvrir les beautés, de les amener à s’écouter les uns les autres, est encourageante. A terme, elle devrait conduire davantage d’enfants à frapper à la porte des écoles de musique et des conservatoires. Et cela incitera, espérons-le, le ministère de la Culture et les collectivités territoriales à renforcer leur soutien à ces établissements.
Un cercle vertueux pourrait ainsi s’enclencher. De quoi passer un bel été !

Philippe Thanh