La Lettre du Musicien n°498

La Lettre du Musicien n°498

5,50 €
Version PDF

octobre 2017 — première quinzaine

Autre version disponible :
La Lettre du Musicien n°498 — version papier - 5,50 €
Partager:
Contrats aidés : quel impact pour les musiciens ?

Les temps forts de la saison symphonique

L’estime de soi chez l’élève musicien

L’enseignement de l’orchestre en conservatoire

Congés des enseignants artistiques : la jurisprudence évolue

Déclarer une activité annexe : le Guso et ses alternatives

12 offres d’emploi dans le numéro 498

L’école en musique ?

Au Conseil des ministres du 14 septembre, la ministre de la Culture, Françoise Nyssen, et son collègue de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer, ont présenté ensemble une communication relative à l’éducation artistique et culturelle. Une des priorités affichées par nos ministres est de développer la pratique artistique dans le domaine de la musique et du théâtre.
Avant l’été, le ministre de l’Education nationale avait déjà fait part de sa volonté qu’une chorale soit constituée dans chaque établissement scolaire et de créer des partenariats entre établissements scolaires, conservatoires et associations de pratique orchestrale. Une nouveauté ? Pas vraiment…
Déjà, en 2000, Jack Lang, alors ministre de l’Education nationale, avait annoncé avec Catherine Tasca, ministre de la Culture, un plan de cinq ans pour les arts et la culture à l’école, souhaitant notamment « du chant dans chaque classe, une chorale dans chaque école ». On sait ce qu’il en est advenu, entre changements de gouvernement et contraintes budgétaires.
Dix-sept ans plus tard, on remet l’ouvrage sur le métier. Il reste à souhaiter que ce nouveau plan ait le temps de porter ses fruits. « Il conviendrait de laisser le temps aux projets de faire leurs preuves avant de les supprimer », avait noté sans ironie un rapport parlementaire de 2005, à propos du plan Lang-Tasca.
Mais, soyons optimistes. La France compte plus de 63 000 établissements du primaire et du secondaire. Ces établissements accueillent, selon les chiffres du ministère, plus de 12 millions d’élèves. Ce sont donc 63 000 chorales qui devraient naître sur le territoire de la République. Même si tous les élèves n’y participent pas, on peut imaginer que nombre d’entre eux (avec une moyenne de 50 choristes par école, on dépasserait les 3 millions de jeunes chanteurs !) auront chaque année l’occasion de pratiquer la musique.
Un sondage de 2015, effectué pour le compte de l’association Europa Cantat, révélait que la France compte 2,6 millions de choristes répartis en 65 600 chœurs. En quelques années, le nombre de chorales pourrait donc doubler dans notre pays ! Tout comme celui des choristes… sans parler du rajeunissement des effectifs.
Attendue depuis de si longues années, cette implication de l’Education nationale – qui touche infiniment plus de jeunes que ne peuvent le faire les conservatoires et les associations qui œuvrent dans ce sens, à commencer par le programme Démos – aura évidemment un effet de levier considérable.
Car on peut penser qu’une partie de ces collégiens ou lycéens garderont, parvenus à l’âge adulte, l’envie de pratiquer le chant choral, le goût d’aller écouter de la musique, de transmettre et de faire partager ce plaisir à leurs enfants…
Il reste à souhaiter que l’on ne s’arrête pas en si bon chemin et que l’on crée aussi un orchestre dans chaque école. Encore un petit effort, Monsieur le ministre !

Philippe Thanh