La Lettre du Musicien n°439

La Lettre du Musicien n°439

5,00 €
VERSION PAPIER

novembre 2013 première quinzaine

Autre version disponible :
La Lettre du Musicien n°439 - version pdf - 5,00 €
Partager:
Au sommaire du n° 439
Centres culturels de rencontre : quelle place pour la musique ?
Benjamin Britten (1913-1976) : A British composer
Quand les musiciens jouent deux instruments
Music China 2013, une croissance continue
Beethoven à la maternelle
A Roubaix, le conservatoire entre dans la danse
Le portage salarial au service du musicien ?

Et nos rubriques habituelles : actualités, courrier, international, agenda et vie des artistes. Annonces de concerts, saisons. Nouveautés, partitions, livres, CD. Stages, concours, classes de maître, manifestations dans les conservatoires…

41 offres d’emploi dans le numéro 439
Les annonces ne figurent pas toutes sur le site, la plupart ne se trouve que dans la version papier.

A quoi sert la musique ?

Plus heureux que leurs collègues d’autres pays, les musiciens français ont longtemps bénéficié de soutiens qui leur ont permis de vivre et de donner leur mesure. Mais les temps changent. Pour certains, la vision de la musique a évolué. Quelques exemples.

Docteur, j’attends un enfant. Je ne fume plus, je ne prends plus de médicament. Ni alcool ni café. What else ? comme le dit une publicité célèbre.
– Essayez d’appliquez sur votre ventre un diffuseur de musique classique: Mozart, etc. Beaucoup d’Américaines le font. Cela rend, dit-on, les bébés intelligents.

M. (ou Mme) le Maire, nous prêteriez-vous une salle pour un concert dans votre ville?
– Mais bien sûr ! Voici l’adresse de notre maison de retraite, nos seniors seront contents d’avoir une distraction. Bien sûr, je coopère : j’offre le goûter!

Mme la Déléguée à la musique, pourriez-vous nous aider à recruter un administrateur pour quelques heures par semaine ? Nous sommes débordés par nos succès…
– Oui, mais à condition de faire plus d’efforts en direction des “publics empêchés” : détenus, personnes hospitalisées, enfants malades, handicapés, malentendants…
– Nous le faisons déjà avec joie, mais, comprenez que sans administrateur, nous ne pouvons organiser notre calendrier !
– Les publics empêchés d’abord ! les publics empêchés!
– Mais NOUS sommes empêchés!

M. le Président de région, vous aurez à cœur de reconduire votre subvention…
– Votre saison a été magnifique, mais votre orchestre (ou opéra) nous coûte vraiment trop cher. Pour rentabiliser nos efforts, il faut aller au-devant de nouveaux publics, dans les écoles, dans les quartiers. Tâchez d’être moins élitistes, enfin!
– Mais nous faisons déjà un très important travail pédagogique…
– Pas suffisant ! A propos, je voudrais utiliser votre CD Bach dans les centres commerciaux de la région, il paraît que ça fait fuir les bandes de jeunes qui y traînent. Libre de droits, bien sûr, mais comprenez que cela vous fera une excellente publicité.

M. Notre Mécène, nous soutiendrez-vous pour un concert comme l’an passé?
– Impossible ! Nous réduisons les budgets. Les impôts, mon cher, les impôts! Et comprenez, notre personnel, à qui nous demandons quelques sacrifices, n’accepte plus que le mécénat caritatif. Bon réfléchissons… Et si, pour un cachet certes plus modeste, vous animiez l’entrée et la sortie de notre séminaire annuel des cadres?

Et vous, Cher Spectateur-Auditeur, puisque la musique n’est plus envisagée que comme un produit utilitaire, dites-nous ce que vous a apporté concrètement ce dernier concert?
– J’ai été profondément ému. Par la beauté de la musique, par l’ardeur des jeunes artistes, par le silence du public que l’on sentait porté vers un autre monde.

Plus qu’utile, la musique est indispensable. Elle aide simplement parce qu’elle est.

Michèle Worms