La Lettre du Musicien n°495

La Lettre du Musicien n°495

5,50 €
Version papier

juin 2017 — deuxième quinzaine

Autre version disponible :
La Lettre du Musicien n°495 — version pdf - 5,50 €
Partager:
En Afrique, quel avenir pour la musique ?

Les pépinières de jeunes ensembles

Musique pour orchestre à l’aube du 19e siècle

Révélons notre génie musical

De nouveaux locaux pour enseigner la musique

Durée de la prise en charge des fonctionnaires momentanément privés d’emploi

Les droits culturels font leur entrée sur la scène française

38 offres d’emploi dans le numéro 495

Un prodigieux malentendu

France 2 a retransmis, depuis un stade Pierre-Mauroy de Lille plein comme un œuf, l’émission “Prodiges, le grand concert” (le 2 juin). Ce programme se présente comme un concours réunissant de jeunes musiciens et danseurs de 7 à 16 ans et un jury d’artistes renommés. Depuis sa diffusion, les esprits s’échauffent sur les réseaux sociaux.
Des musiciens classiques s’insurgent contre cette émission, tandis que des spectateurs témoignent de leur sincère contentement face à ce programme et ne comprennent pas qu’une partie importante du monde musical le critique. Dès lors, celui-ci est, par une mécanique bien connue, taxé d’élitisme et comparé à une arrière-garde insensible aux bienfaits de l’émission envers le public.
Du point de vue des musiciens, ce sont des œuvres amputées, “revisitées”, dont ne ressort que le gimmick, pour pouvoir tenir dans la case de trois ou quatre minutes issue du format de la musique pop. Ce sont les codes de la télé, nous dit-on. Certes, mais ces codes-là sont-ils compatibles avec notre art ? En Angleterre, les Prom’s sont retransmises par la BBC : écoutons et comparons.
C’est aussi une réalisation spectaculaire, mais qui oublie la qualité sonore (d’ailleurs, dans un stade, c’est souvent compliqué). Les extraits du grand répertoire lyrique sont inadaptés aux voix des jeunes. Un méli-mélo façon best of s’inspire parfois des tracklists de disques de certains participants produits par Warner Classics, partenaire de l’émission.
Du point de vue du public, il y a une authentique émotion. Il nous faut aussi respecter le travail des petits et des grands (plus de dix mille choristes avaient été réunis). Et reconnaître une visibilité formidable (quel budget ce doit être !) ainsi qu’une mécanique bien huilée, issue des shows de variétés.
Quant aux enfants, même avec bienveillance, on ne peut les appeler prodiges. Ce sont des apprentis musiciens, comme des milliers d’autres en France. Alors, faisons-leur jouer des morceaux adaptés qui les mettent en valeur, respectons leur passion et la musique qu’ils peuvent porter. Le sentiment qu’ils sont devenus des pions sur cet échiquier médiatique est assez troublant.
On rêve bien sûr d’une émission qui montrerait, avec respect, le quotidien des élèves de conservatoire : le travail, l’abnégation, la passion, la transmission, les sacrifices, la découverte de soi. Ce serait une merveilleuse possibilité de les valoriser et de montrer le remarquable travail accompli dans les écoles de musique. Qui fait, produit et construit “Prodiges” ? Pourrions-nous dialoguer ? France 2 est aussi la chaîne de tous.
Vraiment, avec un dixième du budget du barnum de Lille, ne serait-il pas possible de faire ainsi découvrir nos petits musiciens ? Guy Debord écrivait : « A mesure que la nécessité se trouve socialement rêvée, le rêve devient nécessaire. » Alors, si par la musique, de prime abord, nous rêvions tous ensemble ?

Benoît Menut