La Lettre du Musicien n°503

La Lettre du Musicien n°503

5,50 €
Version papier

janvier 2018

Autre version disponible :
La Lettre du Musicien n°503 — version pdf - 5,50 €
Partager:
La vie musicale en Egypte après les “printemps arabes”

Quand les musiciens se mettent au coworking

Fusion des orchestres de Besançon et de Dijon : un nouvel orchestre national en région

Les instruments du futur

Thierry Escaich, l’art de la variation

Le par cœur : vertus et tabous

Les risques auditifs dans les conservatoires

Carrière des enseignants : gel en 2018

La diversité des conditions d’emploi des musiciens d’orchestre

44 offres d’emploi dans le numéro 503

2018, l’année du changement

Il y a trois ans, nous avons fêté le trentième anniversaire de La Lettre du Musicien.
En novembre, nous avons édité le numéro 500 de notre publication.
En 30 ans et 500 numéros, le monde a changé ! La situation de la musique classique n’est plus la même et la condition des musiciens a profondément évolué. Leur apprentissage n’est plus strictement musical, compte tenu notamment des nouvelles connaissances qu’on leur demande, et leur carrière est devenue plus polyvalente, plus internationale qu’autrefois.
Tout est changement !
Notre équipe a toujours suivi cette évolution et doit encore évoluer tout en gardant ses valeurs propres. C’est pourquoi, tout en restant gérante et directrice de la publication de La Lettre du Musicien, j’estime qu’il est aujourd’hui temps de transmettre mon titre de directrice de la rédaction à un journaliste jeune, musicien professionnel, qui suit de très près l’actualité de la musique. Il s’agit, bien sûr, de notre collaborateur Antoine Pecqueur que vous connaissez déjà puisqu’il participe depuis plusieurs années à chacun de nos numéros. Issu du CNSMD de Lyon, bassoniste professionnel, Antoine Pecqueur anime chaque semaine une émission sur France Musique consacrée à l’économie de la musique. Il présente par ailleurs sur la chaîne Mezzo des opéras et des concerts en direct dans le monde entier.
Le soutien de l’équipe de La Lettre lui permettra de mener de front ses activités nombreuses et essentielles, car elles lui donnent l’opportunité de se trouver au cœur même de la vie musicale et de repérer très vite de possibles évolutions.
J’avais, dès le début de La Lettre, établi une charte avec laquelle Antoine Pecqueur est parfaitement en accord. Je voudrais en rappeler ici les principaux points :
– La Lettre est une publication indépendante dont les ressources proviennent exclusivement de ses abonnés et de la publicité ;
– elle se veut indépendante de tout esprit de parti et de toute idéologie ;
– son objectif unique est de donner au milieu musical classique professionnel toutes les informations susceptibles de l’intéresser ;
– nous respectons tous les musiciens, quels que soient leur niveau, leur talent et leur carrière, car nous savons la somme de travail que représente le métier ;
– nos abonnés sont notre bien le plus précieux. Nous prenons en compte toutes les questions, nous publions le plus grand nombre possible de courriers signés. S’il y a controverse, nous publions les observations des parties prenantes ;
– nous respectons nos annonceurs qui nous font confiance, tout en sachant qu’il ne s’agit pas d’être à leur solde.
Toute l’équipe se joint à moi pour vous adresser, chers lecteurs, nos meilleurs vœux pour l’année 2018 !
Michèle Worms